NEWS

St-Vincent-et-les-Grenadines : Impacts de l’éruption volcanique sur les membres du COLEACP et sur l’agriculture du pays

Le volcan de La Soufrière, qui avait connu une éruption de faible intensité depuis décembre, a connu la première de plusieurs explosions majeures le vendredi 9 avril, et les volcanologues affirment que l’activité pourrait se poursuivre pendant des semaines. Une autre explosion a été signalée dans la matinée du mardi 13 avril, envoyant un autre panache massif de cendres dans l’air.

Les membres, partenaires et amis du COLEACP partagent avec nous des nouvelles et des images. Jethro Greene, coordinateur en chef de l’Organisation de Commerce, d’Agriculture et de Développement des Caraïbes Orientales (ECTAD CARIBBEAN), qui est basée à Saint-Vincent, nous a dit le 12 avril que :

« Nous allons bien et ceux qui se trouvent dans les zones dangereuses sont évacués. Nous essayons maintenant de stimuler la production dans la zone sûre, car il faudra peut-être des semaines ou des mois avant que ceux qui se trouvent dans les principales zones touchées puissent revenir. »

Et dans une déclaration antérieure :

« Merci pour votre expression d’inquiétude : de nombreuses familles d’agriculteurs dans les zones rouges sont en cours d’évacuation, mais même dans les zones sûres, nous devons rester à l’intérieur pour éviter les cendres.
Nous espérons faire quelques exportations rapides depuis les zones sûres de dasheen dès que la chute de cendres nous le permettra.
Avec l’aide de Dieu, nos amis, nos partenaires, nos voisins, notre nation et nos familles de petits agriculteurs en sortiront plus forts. »

M. Nazim Gitters, de VinEX Services à Saint-Vincent-et-les-Grenadines, une société d’exportation de produits horticoles active sur les marchés locaux, régionaux et internationaux, rapporte que :

« Toutes nos fermes ont été dévastées à 100%. Tous nos agriculteurs sont maintenant dans des abris parce que nous opérons dans la zone rouge.
Pour l’instant, les agriculteurs se concentrent sur leurs familles et sur la survie dans les abris. Les besoins de base comme l’accès à l’eau et à la nourriture sont un défi. Je sais que lorsqu’ils seront en mesure de revenir et de voir la dévastation, la réalité de notre calamité se fera sentir.
Je ne sais pas où nous allons commencer après cela. Hier, nous avons eu notre premier flux pyroclastique, les cendres se sont arrêtées et nous avons pu voir le soleil à nouveau. Aujourd’hui, le volcan a encore explosé ! Cela signifie encore plus de cendres. La dévastation immédiate est complète. Le bon côté des choses, c’est que les sols seront fertiles après cela, mais je ne sais pas comment nous pourrons recommencer. Nous aurons besoin de toutes les formes d’aide imaginables.
Tous les plantains ont disparu, les cocotiers, les arbres à pain, les cultures racines (nous ne savons pas encore à quelle profondeur se trouvent les cendres).
Tout cela étant dit, nous sommes un peuple résilient. Nous surmonterons et nous prospérerons. « 

Montgomery Daniel, vice-premier ministre de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, s’est rendu dans la région le dimanche 11 avril et a rapporté via NBC Radio que le secteur agricole est désormais inexistant sur le côté est du volcan (Fresh Plaza, 13 avril). « La zone de forêt primaire proche du volcan La Soufrière a entièrement disparu », a-t-il déclaré. « Les fermes ont pratiquement disparu. Les cultures d’arbres ont été dénudées. Dans certains cas, seules les tiges sont encore debout. Les arbres à pain, les noix de coco, les mangues, les corossols, toutes ces cultures arboricoles ont pratiquement disparu. Des choses comme les plantains et les bananes, tout cela a disparu. »
Il a ajouté : « En ce qui concerne les cultures racines, les cendres auraient été si profondes dans certaines régions que toute la végétation aurait été recouverte. Qu’il s’agisse d’arrowroot, d’ignames, de dasheen, de gingembre, etc., tout a été perdu et on ne voit pas un seul brin d’herbe dans ces fermes. Il n’y aura pas beaucoup de nourriture disponible dans cette région pendant un bon moment. »

Le COLEACP exprime sa profonde sympathie à l’égard de ses partenaires dans les zones touchées et offre son soutien pour redynamiser le secteur horticole afin de surmonter cette catastrophe naturelle.

Voir la mise à jour du 27 avril.



Translate »