NEWS

Revue de presse : politique

MONDE

Le Fonds Covid de Fairtrade : Un impact significatif pour les agriculteurs

Le Covid Relief and Resilience Fund de Fairtrade est un effort conjoint développé par Fairtrade International, ses organisations membres et des partenaires publics et privés afin d’apporter une aide financière directe a des producteurs à petite échelle très affectés par la pandémie de Covid-19. Plus de 500.000 producteurs et ouvriers agricoles dans près de 60 pays d’Asie, d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes ont bénéficié du fonds. Lancé en 2020, ce fonds doté de 15 millions d’euros sera actif jusqu’en 2022 : il fournira des équipements de protection personnelle, mènera des campagnes de sensibilisation à la prévention du Covid-19 et soutiendra la diversification des moyens de subsistance.

Source: Fresh Plaza, 6 May; Fairtrade, 5 Mai

Les femmes dans les chaînes de valeur mondiales « cachées à la vue de tous »

Un briefing du programme Work and Opportunities for Women (WOW), « Cachées à la vue de tous : Pourquoi nous avons besoin de plus de données sur les femmes dans les chaînes de valeur mondiales », souligne combien nous en savons peu sur les millions de femmes qui cultivent les aliments que nous mangeons. Bien qu’elles soient au cœur des chaînes de valeur mondiales, leur invisibilité les empêche de contribuer pleinement à leur production au travail et d’en bénéficier. Et le manque de connaissances sur cette population de travailleurs inhibe directement la capacité des entreprises à prendre des décisions commerciales éclairées sur leurs chaînes d’approvisionnement. Le rapport montre qu’en s’appuyant sur les systèmes qu’elles utilisent déjà et en les améliorant, les entreprises peuvent prendre des mesures importantes pour améliorer la visibilité des femmes dans leurs chaînes de valeur. Les systèmes de conformité sociale, se sont améliorés pour saisir des données clés sur le genre, et offrent aux entreprises une opportunité clé pour obtenir de meilleures informations sur les femmes dans leurs chaînes de valeur.

Source: UK Aid

ONU : Nouveau podcast – Poser des jalons

Le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires et l’importance de l’approvisionnement ont lancé une nouvelle mini-série de podcasts en 8 parties, « Laying Down Tracks ». Les épisodes mettront en vedette des experts mondiaux sur des questions liées à la faim dans le monde, à la malnutrition, au changement climatique, etc. Les trois premiers épisodes, disponibles dès maintenant, portent sur l’accès à la nourriture, la consommation durable et la production basée sur la nature. Vous pouvez écouter au format podcast sur : www.sourcingmatters.show

Source: UN Food Systems Summit

Les populations indigènes mondiales les plus affectées par le changement climatique

Au Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires, une lettre corédigée par des scientifiques représentant l’Association of International Research and Development Centers for Agriculture (AIRCA) révèle que les populations indigènes du monde entier – gardiennes de systèmes de connaissances traditionnelles et de cultures oubliées ou sous-utilisées qui pourraient s’avérer critiques dans la sécurité alimentaire mondiale – pourraient être les plus touchées par le changement climatique. Un post de blog de la CABI post fournit un résumé utile du briefing des Nations unies. Il pointe le fait qu’en habitant des environnements marginaux comme des plaines arides et semi-arides, des forêts tropicales et des montagnes, les populations indigènes disposent d’un trésor de pratiques traditionnelles qui devraient être partie intégrante des efforts destinés à améliorer la résilience des systèmes alimentaires globaux face au changement climatique et à d’autres menaces.

Source: CABI blog post, 26 Mai

Afrique-UE

L’Équipe Europe se mobilise pour soutenir les économies africaines

Le 18 mai, la Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé une initiative de l’Équipe Europe afin de soutenir la reprise en Afrique après la pandémie de Covid-19. En collaboration avec des partenaires africains, cette initiative mobilisera des financements et une expertise technique substantielle provenant de l’Union européenne et des États membres selon une approche Équipe Europe, afin de remédier aux principaux goulots d’étranglement qui empêchent les jeunes entrepreneurs et les propriétaires de petites entreprises de toute l’Afrique de lancer ou d’étendre leurs activités.
La première de ces initiatives de l’Équipe Europe, baptisé « Investir dans de jeunes entreprises africaines », aidera les PME du tout le continent à décoller et à créer des emplois. Elle le fera en renforçant le soutien financier et technique aux petites entreprises en phase de pré-amorçage, ainsi qu’aux microentreprises ; facilitant l’accès au financement pour les start-up en phase d’amorçage et de démarrage ; soutenant les intermédiaires financiers, la finance numérique, l’écosystème entrepreneurial et le climat d’investissement.
L’approche Équipe Europe s’inscrit dans un cadre plus large : la Communication sur l’approche mondiale de la recherche et de l’innovation est la stratégie de coopération internationale de l’Europe dans un monde en mutation adoptée le 18 mai. Par cette stratégie, l’Europe entend « jouer un rôle de chef de file dans le soutien aux partenariats internationaux en matière de recherche et d’innovation, et produire des solutions innovantes pour que les sociétés dans lesquelles nous vivons soient vertes, numériques et saines ».

Source: Communiqué de presse du conseil européen,, 18 Mai

L’UE veut approfondir ses relations stratégiques avec la Corne de l’Afrique

Le Conseil européen a réaffirmé l’engagement de l’UE à donner un nouvel élan à son partenariat avec la Corne de l’Afrique et à établir une nouvelle stratégie pour la région. La stratégie visera à renforcer une approche commune de la démocratie et de la paix et de la sécurité régionales, à redynamiser le multilatéralisme et l’ordre international fondé sur des règles, à renforcer l’engagement en faveur du développement social et humain, et à stimuler la relance socioéconomique, le commerce et l’intégration régionale après la pandémie de COVID-19 Elle vise également à renforcer le partenariat avec l’ensemble de la région, notamment la mer Rouge, l’océan Indien occidental et le Nil.

Source: Communiqué de presse du conseil européen, 10 Mai

L’OEACP dans un monde globalisé

S.E. Georges Rebelo Pinto Chikoti, Secrétaire général de l’organisation des états d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP), a été invité en personne à une des premières réunions du Groupe de travail ACP du Conseil européen pour y donner un exposé intitulé : « L’OEACP dans un monde globalisé ». Au cours de sa présentation, le Secrétaire général Chikoti a abordé trois domaines principaux : l’entrée en vigueur de l’accord révisé de Georgetown et ses implications pour les opérations de l’organisation ; le nouvel accord de partenariat OEACP-UE qui a été paraphé par les négociateurs en chef de l’OEACP et de l’UE le 15 avril 2021, et l’OEACP du futur, et son rôle sur la scène internationale. Le Secrétaire général Chikoti a également souligné ses principaux axes de travail pour l’année à venir, qui comprennent entre autres la prise en compte, de manière durable, de l’impact de la pandémie COVID-19 sur les États membres de l’OEACP et la signature et l’opérationnalisation du nouvel accord de partenariat OACP-UE.

Source: OACPS, 27 Avril

OEACP : Donner les moyens aux MPME de mieux se reconstruire

Pour marquer la Journée des MPME 2021, l’Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) organise un événement en ligne intitulé « Donner aux MPME des pays de l’OEACP les moyens de mieux se reconstruire après la Covid-19 ». Depuis plus d’un an, le monde entier lutte contre la pandémie de Covid-19, et les membres de l’OEACP n’ont pas été épargnés. Les membres de l’OEACP comptent plus de 50 millions de MPME enregistrées, qui représentent environ 90% du tissu entrepreneurial et une part de l’emploi qui fluctue entre 50 et 70% dans les six régions de l’Organisation. Résoudre les défis liés à l’impact de la crise nécessite des efforts coordonnés de la part de divers acteurs des secteurs privé et public aux niveaux national, régional et de l’ensemble de l’OEACP. Pour aider les MPME de l’OEACP à traverser avec succès la pandémie, l’OEACP et l’Union européenne ont mis en place une série d’initiatives dans le cadre de la stratégie conjointe de développement du secteur privé.
webinar SMEs in ACP countries - to rebuild after Covid19

Cet évènement se déroulera le 28 juin, de 14h à 17h.

Source: Business ACP, 21 Mai

Afrique

Les ministres africains des Finances et les gouverneurs des banques centrales soutiennent des filières intégrées pour des économies durables

Les ministres africains des Finances, de la Planification économique et de l’Intégration ainsi que les gouverneurs de banques centrales ont adopté une longue liste de recommandations visant à permettre au continent de réaliser une vision de filières régionales qui donnera un coup de fouet au commerce intra-africain et accroîtra la part de l’Afrique dans le commerce mondial. Les recommandations soulignent la nécessité d’une amélioration du climat d’investissement et entrepreneurial, en particulier pour les PME, de promouvoir l’innovation par des start-up qui investissent dans des modèles économiques innovants et de révolutionner la production afin de diversifier les exportations de l’Afrique par des filières durables.

Source: Communiqué de presse de l’UA, 25 mai

Comment les jeunes peuvent prendre le leadership dans la transformation de l’agribusiness au Kenya

Shujaaz Inc., un réseau d’entreprises sociales basé à Nairobi et à Dar es-Salaam qui se concentre sur les jeunes, a publié un rapport : « How young people can lead Kenya’s agribusiness transformation ». On peut y lire qu’il sera essentiel d’engager la jeune main-d’œuvre kenyane, digitally native, pour soutenir la transformation de l’agriculture nécessaire pour les générations futures. Mais ces interviews avec plus de 2000 jeunes Kényans suggèrent que les 15 à 24 ans, qui représentent 36% de la population en âge de travailler, ne constituent que 5% de la main-d’œuvre agricole de base. Il y a cependant des raisons d’être optimistes : la pandémie de Covid-19 a provoqué une transformation vitale puisque des centaines de milliers de jeunes se sont tournés vers l’entrepreneuriat agricole pour préserver leur subsistance. Tout en mettant en lumière la nécessité de mentorat, d’amélioration des compétences, d’accès à la finance et de changements structurels, les jeunes veulent changer le narratif – au terme « agriculture » qu’ils associent à un travail physique traditionnel et à « l’échec », ils préfèrent le mot « agribusiness » qui capture les opportunités plus larges disponibles pour les entrepreneurs, le profit et l’innovation au sein du secteur, et est plus tourné vers le futur.

Source: Shujaaz Inc., Compass, 26 Mai

Cameroun : investissement britannique dans les filières cacao et poivre de Penja

Le Programme de partenariat commercial avec le Royaume-Uni piloté par l’International Trade Center (ITC) dispose depuis fin 2020 d’un budget de 1,1 milliards de FCFA (env 1,7 millions €) octroyé par le Royaume-Uni. Ce programme a pour objectifs la promotion des exportations du cacao et du poivre de Penja vers le marché britannique. Depuis plusieurs mois déjà, ITC forme des producteurs de cacao et de poivre de Penja (bonnes pratiques agricoles et de conditionnement) pour accéder à divers marchés comme l’UE, les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Source: Investir au Cameroun, 25 Mars

Afrique du Sud : des partenariats public-privé pour les filières agricoles

Le South African Institute of International Affairs (SAIIA) a publié un briefing stratégique intitulé « Optimiser les filières agricoles dans l’Afrique du Sud après le Covid-19 ». Il y recommande que la filière agricole dans la région SADC privilégie la création d’opportunités à la fois pour l’agriculture de subsistance à petite échelle et la production commerciale à grande échelle de cultures destinées à l’exportation, et d’adopter ainsi une approche duale du développement de l’agriculture dans la région. Le secteur public et le secteur privé devraient former des partenariats public-privé pour développer une infrastructure résiliente pour le secteur agricole, y compris l’adoption de technologies intelligentes face au climat. Il est également nécessaire de numériser plusieurs activités dans les filières agricoles de la SADC afin de garantir des interactions plus efficaces entre les producteurs, les fournisseurs d’intrants, les fournisseurs de transport et des services logistiques, les financiers et d’autres partenaires de la filière. Au niveau des instances publiques, la priorité devrait être de répondre aux questions en suspens concernant la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continental africaine (ZLECAf).

Source: SAIIA, Mai

Caraïbes

La Jamaïque recherche des partenariats public-privé pour le développement de l’agriculture

Le gouvernement de la Jamaïque a annoncé des plans de partenariats public-privé tout en démontrant son engagement envers le développement de l’agriculture par des investissements substantiels. Entre autres initiatives, le gouvernement a mis en place un comité pour la santé des sols au sein du ministère de l’Agriculture et de la Pêche ; il investira 650 millions de dollars pour réhabiliter les routes agricoles à travers l’île au cours de cet exercice financier ; et il se lance dans un projet de chaîne du froid agro-industriel pour la Jamaïque (ABC Jamaica) d’un montant de 1,05 million de dollars (environ 157 millions de dollars Jamaïcain).

Source: CNG Media, 15 Mai

Europe

CE : les nouvelles techniques génomiques peuvent contribuer à une agriculture durable

Une nouvelle étude de la Commission européenne sur les nouvelles techniques génomiques (NTG) montre que ces techniques, qui sont des techniques de modification du génome d’un organisme, peuvent contribuer à rendre le système alimentaire plus durable dans le cadre des objectifs du pacte vert pour l’Europe et de la stratégie « De la ferme à la table ». Parallèlement, l’étude constate que la législation actuelle sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) adoptée en 2001 n’est pas adaptée à ces technologies innovantes. [Alors que les NGT consistent à modifier l’ADN existant au sein de l’organisme, dans les OGM, on extrait des gènes préférentiels d’un organisme pour l’introduire dans un autre.] La Commission va maintenant engager une procédure de consultation publique étendue afin de discuter de l’élaboration d’un nouveau cadre juridique pour ces biotechnologies.

Source: Communiqué de presse CE, 29 avril

La Commission européenne vise le « zéro pollution » dans l’air, l’eau et les sols

La Commission européenne a adopté aujourd’hui le plan d’action de l’UE intitulé « Vers une pollution zéro dans l’air, l’eau et les sols », un élément clé du pacte vert pour l’Europe et le thème principal de la European Green Deal de cette année (1-4 juin). Ce plan d’action définit une vision intégrée pour 2050, celle d’un monde où la pollution est réduite à des niveaux qui ne sont plus nocifs pour la santé humaine et les écosystèmes naturels, ainsi que les étapes à franchir pour y parvenir. Le plan établit un lien entre toutes les politiques pertinentes de l’UE en vue de combattre et prévenir la pollution, en mettant un accent particulier sur la façon d’utiliser des solutions numériques pour lutter contre la pollution. Le plan d’action fixe des objectifs clés pour 2030 afin de réduire la pollution à la source, y compris « améliorer la qualité des sols en réduisant de 50% les pertes de nutriments et l’utilisation des pesticides chimiques ».

Source: Communiqué de presse CE, 12 Mai

Freshfel: L’importance de développer la consommation et le commerce de produits frais

Le 20 mai, Freshfel Europe a organisé sa réunion annuelle en ligne sur le commerce pour ses membres. Durant la réunion, le secrétariat de Freshfel Europe a donné une évaluation des chiffres du commerce mondial à court et long terme pour le secteur des fruits et légumes frais. L’analyse des tendances globales montre une évolution positive à la fois pour le commerce européen et international de produits frais : les échanges de produits frais globaux ont ainsi atteint 100 millions d’euros en 2020. Les volumes mondiaux d’échanges de fruits et légumes sont inscrits dans une tendance baissière depuis le pic de 2018 et sont retombés à 87 millions de tonnes en 2020, une tendance qui s’explique par la décélération mondiale de la croissance dans les catégories en plein essor, désormais accentuée par les perturbations générées par la pandémie de Covid-19. Le Délégué général de Freshfel Europe Philippe Binard a noté que le secteur devait « élever la voix au cours des années à venir pour souligner l’importance d’augmenter la consommation et le commerce de produits frais afin d’atteindre les objectifs de développement durable des Nations unies et les objectifs du pacte vert européen, en particulier concernant la transition vers des régimes alimentaires durables basés sur les végétaux. […] Le secteur doit continuer à se positionner dans le débat sur l’économie circulaire et souligner l’importance à la fois d’une production locale et européenne et d’un approvisionnement international pour garantir une disponibilité de produits frais durable, divers et sur toute l’année pour les consommateurs européens. »

Source: Communiqué de presse Freshfel, 20 Mai

L’EUFIC lance une carte interactive des fruits et légumes à l’échelle européenne

Le Conseil européen de l’information sur les aliments (EUFIC) a lancé la toute première carte interactive de la saisonnalité des fruits et légumes à l’échelle européenne. Cet outil présente plus de 200 fruits et légumes de saison, couvre 24 pays et inclut les six régions climatiques européennes. Lancée initialement en anglais, elle sera également disponible en français, allemand, italien et espagnol. La carte EUFIC vise à sensibiliser le public aux bienfaits de la consommation de fruits et légumes sur la nutrition et la santé.

Source: EUFIC, 23 Mars



Translate »