NEWS

Revue de presse : marchés et production agroalimentaires

MARCHÉS : GLOBAL

Vue d’ensemble : Le marché mondial de l’avocat

Le prix des avocats sur le marché mondial a augmenté ces dernières semaines en raison d’une offre réduite et d’une pénurie de gros calibres (Fresh Plaza, 8 janvier). Pour l’instant, le Mexique et le Chili dominent le marché, mais leurs volumes sont en baisse. Aux Pays-Bas, les ventes d’avocats ont été bonnes pendant les vacances avec des prix stables et élevés. En Allemagne, en raison de la pandémie, le volume acheté dans le commerce de gros a été réduit, et il y a toujours une pénurie de capacité de fret aérien. Sur le marché français, l’approvisionnement en provenance du Mexique, du Chili et de la Colombie arrive à son terme et les premiers avocats arrivent d’Israël, d’Espagne et d’autres pays méditerranéens. En Espagne, après la pire campagne de Noël des dix dernières années, les ventes commencent à se redresser.

En Afrique du Sud, il y a une pénurie d’avocats sur le marché intérieur. Les avocats les plus précoces seront cueillis le mois prochain dans les régions les plus septentrionales. Les conditions climatiques sont bonnes pour le moment, mais le PDG de l’association des producteurs subtropicaux d’Afrique du Sud a déclaré que la nouaison n’est pas aussi bonne que prévu.

L’année dernière, de plus en plus de pays ont reçu l’autorisation d’exporter des avocats vers la Chine et la gamme de variétés d’avocats est également de plus en plus diversifiée. Le Chili et le Mexique dominent actuellement le marché, et la République dominicaine et la Colombie ont également exporté vers la Chine. Certaines entreprises chinoises du secteur de l’avocat commencent à cultiver des fruits locaux dans la province du Yunnan et investissent dans des centres locaux de maturation des avocats.

MARCHÉS : ACP

Afrique

West Africa Agribusiness Show 2021 (édition virtuelle)
Le West Africa Agribusiness Show (WAAS 21) aura lieu du 23 au 25 février. Le salon réunira des fabricants, des fournisseurs, des décideurs politiques, des gouvernements régionaux, des régulateurs, des institutions financières, des innovateurs et des consommateurs de l’industrie agro-alimentaire des 15 pays membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et du monde entier. Il facilitera également le développement d’idées, de solutions et de savoir-faire innovants qui serviront de tremplins à l’industrie agro-alimentaire ouest-africaine pour atteindre une position concurrentielle dans le monde, notamment dans le cadre de Covid-19.

Botswana
Grâce à une coentreprise entre une société sud-africaine et un consortium d’investisseurs botswanais, le Botswana rejoindra bientôt l’Afrique du Sud, le Swaziland et le Zimbabwe en tant que fournisseurs d’Afrique australe (Eurofruit, 15 décembre). Le projet, qui doit être achevé en 2026/27, consistera à terme en 1 200 ha d’agrumes et en un centre moderne de conditionnement des agrumes, 1,1 million d’arbres fruitiers (dont agrumes)auront été plantés et quelque 70 000 tonnes d’agrumes seront produites chaque année. Les fruits seront commercialisés sur les marchés d’outre-mer, locaux et de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC)

Cameroun
La négociation d’accords commerciaux depuis 2018 entre le Cameroun et le Royaume-Uni a abouti le 27 décembre à la signature d’un protocole d’accord sur les « modalités » de mise en œuvre d’un accord de partenariat économique intérimaire (APEi), sur le modèle de celui qui existe déjà avec l’Union européenne (Invest in Cameroon, 11 janvier). Il a été convenu que les deux pays poursuivront l’application de l’APEi UE-Afrique centrale. Cela aura un impact important, notamment sur le commerce des bananes, car les exportations de bananes vers le Royaume-Uni représentent aujourd’hui environ 13 % du total des exportations de bananes du Cameroun, soit près de 10 millions d’euros (6,53 milliards de francs CFA).

Selon les données compilées par l’Association des bananiers du Cameroun (Assobacam), les exportateurs camerounais de bananes ont exporté 187 884 tonnes de bananes en 2020, contre 204 320 tonnes en 2019 (Fresh Plaza, 12 janvier). Il s’agit d’une baisse des exportations de 17 436 tonnes (-8%) par rapport à l’année précédente.

Ghana
La Grande-Bretagne et le Ghana n’ont pas réussi à finaliser leur accord sur le commerce post-Brexit avant le 31 décembre 2020 (Commodafrica, 4 janvier). Les discussions se poursuivront au cours des prochaines semaines. L’accord facilitera l’accès des produits ghanéens au marché britannique en franchise de droits et de contingents et accordera les mêmes réductions tarifaires préférentielles aux exportateurs britanniques actuellement en vigueur.

Sénégal
Les exportations de mangues fraîches sont estimées à 13 000 tonnes en 2020 (principalement vers l’Europe) contre 14 000 tonnes en 2019 (-7%) (Commodafrica, 18 décembre). Les raisons de cette baisse sont notamment la chute des températures au moment de la première fructification qui entraîne la chute des fruits, l’arrêt brutal des exportations en juillet, et les fortes pluies d’août qui provoquent la multiplication des mouches des fruits.

Caraïbes

Poivre et piments : un marché d’exportation en pleine expansion
Le Scotch Bonnet, la principale variété commerciale de piment des Caraïbes, est très apprécié pour sa saveur, son arôme et sa force, qu’il soit frais ou transformé (FPC Fresh Talk Daily, 15 décembre). La Jamaïque est le plus grand acteur sur les marchés régionaux et mondiaux. Entre 2013 et 2017, les exportations de piments frais ont augmenté de 713 %, et de 302 % pour la semi-valeur ajoutée. La sauce piquante à base de Scotch Bonnet provient de la Jamaïque, de Sainte-Lucie, de Grenade et de la Barbade. Selon Caribbean Export, l’agence régionale de promotion du commerce et des investissements, le marché des sauces et condiments des Caraïbes représente 1,49 milliard de dollars, ayant connu une croissance de 16,8 % en valeur entre 2019 et 2020.

Haïti
Le pays a été relativement épargné par la pandémie de Covid-19, avec un peu plus de 10 000 infections et près de 240 décès (RFI, 12 janvier). Le gouvernement vient de présenter son plan de relance économique post-épidémique, alors que le pays était déjà en récession en raison de crises sociopolitiques répétées. Ce plan devrait permettre de ramener la croissance à un taux annuel de 3 %, avec une moyenne de 23 000 emplois créés chaque année. En 2023, seul un quart des Haïtiens seraient encore en situation d’insécurité alimentaire, contre 40 % aujourd’hui.

MARCHÉS : UE

La consommation quotidienne de fruits et légumes frais en augmentation

Freshfel Europe a publié son moniteur de consommation 2020 sur la production, le commerce et les tendances de consommation des fruits et légumes frais dans l’UE-28 (Freshfel Newsroom, 11 janvier). En 2018, la consommation quotidienne de fruits et légumes frais par habitant a augmenté de 4 % par rapport aux niveaux de 2017, pour atteindre 363,76 g par personne et par jour. Bien qu’elle reste inférieure à la consommation quotidienne minimale recommandée par l’OMS de 400 g, cela représente une augmentation de 5,1 % par rapport aux cinq années précédentes. Le délégué général Philippe Binard a déclaré : « Les résultats […] sont très encourageants et montrent clairement que les efforts accrus du secteur pour augmenter la consommation au-delà du minimum recommandé par l’OMS de 400 g par personne et par jour portent leurs fruits. Nous continuerons à observer la stabilité de cette reprise ».

Espagne

Consommation sur la courbe ascendante
La consommation de fruits et légumes frais pour la période janvier-novembre 2020 a augmenté de 11 % (Eurofruit, 12 janvier). Selon le FEPEX, la pandémie est la cause de cette augmentation. Sur la même période, les volumes de fruits et légumes frais consommés ont été de près de 8 millions de tonnes (dont 4,3 millions de tonnes de fruits, +7% et 3 millions de tonnes de légumes, +12%).

Royaume-Uni

Troisième verrouillage national
Le 4 janvier, les autorités britanniques ont pris la décision d’annoncer le troisième verrouillage national (FPC Fresh Talk Daily, 5 janvier). Cette décision fait suite à une hausse rapide des cas, attribuée à une nouvelle variante de Covid-19. Tous les services non essentiels de vente au détail, d’accueil et de soins personnels doivent fermer ou rester fermés. Le Royaume-Uni a vacciné plus de personnes que le reste de l’Europe réuni, et continuera à accélérer le programme de vaccination.

Les PME durement touchées par la crise du coronavirus
Selon la Fédération des petites entreprises, près de 250 000 entreprises britanniques risquent de fermer à cause de la pandémie (RFI, 11 janvier). Environ 25 % de ces PME ont réduit leurs effectifs au cours des trois derniers mois, contre 13 % au début de l’année dernière. 14 % ont annoncé qu’elles devront licencier du personnel dans les trois prochains mois.

Pourquoi les détaillants alimentaires et les agriculteurs gagnent la confiance du public
Des études récentes (University of Reading et EITFood) montrent que la confiance du public dans la chaîne alimentaire augmente (FPC Fresh Talk Daily, 18 décembre). Les magasins de produits agricoles, qui ont su adapter leur offre face à la pandémie, ont été un facteur clé de ce regain de confiance. Selon une récente enquête menée par le Syndicat national des agriculteurs, les consommateurs souhaitent continuer à acheter localement une fois la pandémie passée. L’étude EIT Food montre également que les consommateurs seront plus confiants dans la mise en œuvre de l’approche éthique des acteurs de la chaîne alimentaire (bien-être des animaux, réduction des déchets alimentaires, prix équitables et étiquetage honnête).

PRODUCTION : MONDIALE

Commerce équitable

Fairtrade a annoncé un nouveau salaire de base pour toutes les plantations de bananes certifiées Fairtrade (Eurofruit, 15 décembre). Ce nouveau salaire de base est fixé à 70 % du salaire net nécessaire pour vivre, et sera versé à partir du 1er juillet 2021. Cette nouvelle modification de la certification sera appliquée à tous les pays.

PRODUCTION : AFRIQUE

Burkina Faso

Exemple de garantie d’un salaire de subsistance par un importateur Européen dans la chaine de valeur mangue
Eosta, membre du COLEACP, un importateur et distributeur international de fruits et légumes frais biologiques et équitables, a vendu plus de 100 tonnes de mangues biologiques au titre du salaire de subsistance dans quelques points de vente en Allemagne et en Autriche la saison dernière. Selon Gert-Jan Lieffering, esponsable qualité chez Eosta, le salaire de subsistance « En un mot, c’est un salaire avec lequel une famille peut non seulement survivre, mais aussi construire une vie. Les labels sociaux garantissent un salaire minimum, mais dans les pays pauvres, le salaire minimum est beaucoup plus bas qu’un véritable salaire de subsistance. » Eosta a maintenant de nouveaux projets pour les avocats Living Wage. Pour en savoir plus, cliquez ici.

PRODUCTION : EUROPE

France

Livre blanc pour atteindre 70 % d’autosuffisance en légumes dans les cinq ans
La principale organisation de producteurs de légumes frais en France, Légumes de France, a présenté le 8 décembre un livre blanc qui propose plusieurs mesures sur le coût du travail, l’investissement et la compétitivité, et la protection des cultures (Médiafel, 10 décembre). L’organisation vise à faire passer le niveau d’autosuffisance alimentaire en légumes de 50% aujourd’hui « à 60% d’ici deux ans et à 70% d’ici cinq ans » selon son président.



Translate »