NEWS

La chaîne de production de mangues d’Afrique de l’Ouest : rendre les chaînes d’approvisionnement plus résistantes

Le COLEACP a travaillé avec la Société Internationale d’Importation (SIIM) et la start-up belge BlockO pour développer MangoBlockchain, actuellement en version bêta – un outil particulièrement pertinent dans le contexte de la pandémie COVID-19, où la résilience des chaînes d’approvisionnement dépend de la confiance et de la transparence (Commodafrica, 19 mai). Une première pour la région, MangoBlockchain contribuera à la professionnalisation du secteur de la mangue en Afrique de l’Ouest, qui a connu ces dernières années trop d’interceptions à son arrivée sur le marché européen. Par exemple, les mangues de la chaîne d’approvisionnement SIIM en Côte d’Ivoire sont étiquetées individuellement avec un code QR. Lorsqu’elles sont scannées par le smartphone d’un consommateur, le nom du producteur, la date de récolte, la date de conditionnement et la date d’entrée dans l’UE sont affichés dans une interface de la chaîne d’approvisionnement. Ces informations sont extraites automatiquement des systèmes d’information du SIIM et stockées dans la chaîne d’approvisionnement. L’objectif pour l’importateur est de pouvoir fournir des informations aux distributeurs, mais aussi de s’assurer qu’elles parviennent aux consommateurs sans altération. Le bêta test actuel, en plein milieu de la campagne mangue, permettra d’évaluer la valeur ajoutée de la chaîne de commercialisation en tant qu’outil de communication B2B (importateurs-distributeurs) et B2C (distributeurs/importateurs-consommateurs).

Vincent Omer-Decugis, directeur général de SIIM et membre du conseil d’administration du COLEACP, s’est entretenu avec Commodafrica (19 mai) sur l’impact de COVID-19 sur la consommation de mangue en Europe. La majorité des produits à base de fruits exotiques, dont la mangue, ont retrouvé un taux de consommation soutenu. La période de verrouillage a entraîné un changement dans les habitudes de consommation, avec la fermeture des hôtels, des restaurants et des marchés de plein air, et le développement des volumes d’achat des chaînes de grande distribution et des réseaux de distribution spécialisés. En ce qui concerne la rareté observée dans les premiers temps des mesures restrictives, il suffit que 10 % des consommateurs achètent 20 % de plus de ce qu’ils ont l’habitude d’acheter pour créer un effet de rareté. L’entreprise a dû réduire sa gamme de produits car certains d’entre eux risquaient de ne plus trouver leur marché, et étaient aussi directement touchés par les difficultés d’approvisionnement.

Le trafic aérien est presque à l’arrêt, car les exportations par voie aérienne utilisent en grande partie la capacité de fret offerte par les avions de passagers. Toutefois, certains avions de passagers ont été transformés en avions de fret. Avec Air France, la SIIM a pu transporter 400 tonnes de mangues par avion de la Côte d’Ivoire vers l’Europe en avril. Il y a des coûts supplémentaires, mais le temps de transport réduit du transport aérien permet un produit haut de gamme. L’essentiel du marché (plus de 97%) est approvisionné par le fret maritime, les fruits étant transportés dans des conteneurs, puis mûris sur leur marché de destination pour un rapport qualité/prix optimal. Les premières expéditions par voie maritime ont débuté début avril avec des mangues du Burkina Faso, et la campagne se poursuivra jusqu’à fin juillet avec des mangues du Sénégal. L’impact du COVID-19 a été neutre pour les expéditions d’Afrique de l’Ouest en ce qui concerne le consommateur. La production implique des mesures de distanciation sociale dans les unités de production et les moyens de transport, et la gestion des déplacements lors de l’instauration de couvre-feux. Mais les unités de production avaient déjà mis en place des mesures d’hygiène, le lavage des mains a toujours été obligatoire, et le personnel porte les masques, chapeaux et équipements de protection individuelle nécessaires, donc à ce niveau, tout était déjà en place.

Le SIIM a travaillé avec les différents gouvernements, avec les ministères de l’agriculture et des transports, pour obtenir les exemptions nécessaires à la mise en place de corridors verts pour le transport des produits alimentaires destinés à l’exportation, qui sont absolument nécessaires à l’économie locale. On estime que 1 000 tonnes de mangues exportées génèrent 1 000 emplois directs et 1 000 autres indirects.



Translate »