NEWS

Kenya : Réunion consultative de la Direction des cultures horticoles avec les exportateurs de haricots et de pois

Le Kenya est un exportateur majeur de produits horticoles vers l’UE, qui représente 80 % du total des exportations. La valeur totale des exportations horticoles a atteint 157,7 milliards de shillings kényans (KSh) en 2021. Les haricots et les pois du Kenya ont, au fil des ans, bénéficié d’une part de marché non négligeable dans l’UE. Cependant, cette part est menacée par les nombreuses notifications que le Kenya a reçues ces derniers temps. Il est nécessaire de s’engager davantage auprès des acteurs de l’industrie pour garantir des produits sûrs et de bonne qualité afin d’améliorer l’accès au marché. La chaîne de valeur des haricots et des pois représente une importante source de devises et d’emplois pour le Kenya. La valeur intérieure de la production horticole du pays en 2018 était de 248,47 milliards de KSh contre 207,52 milliards de KSh en 2017 équivalent à une augmentation de 19,7 %. De cela, la valeur des légumes exportés était de 52,22 milliards de KSh contre 47 milliards de KSh en 2017, équivalant à une augmentation de 21 % (source : HCD horticulture, rapport 2017-2018 validé).

La National Horticulture Taskforce, une plateforme permettant de relever les défis multisectoriels du sous-secteur de l’horticulture, a organisé une visite dans l’UE du 27 mars au 8 avril 2022 parrainée par le programme NExT Kenya. L’objectif principal de la mission était de discuter des défis et des opportunités de l’industrie horticole kényane. Parmi les pays visités figuraient la Belgique, la France, les Pays-Bas et l’Allemagne. Parmi les questions soulevées, citons la santé des plantes et l’utilisation de pesticides réglementés, le Green Deal, la stratégie « de la ferme à l’assiette », la durabilité, le transport maritime, la collecte de données et le partage d’informations. Pour relever les défis susmentionnés, parvenir à réduire les notifications et retirer le Kenya de la liste des risques, il est nécessaire de répondre aux préoccupations de l’UE et de partager le retour d’information avec les exportateurs de haricots et de pois à cosses.

Plusieurs initiatives ont déjà eu lieu en collaboration avec le COLEACP pour assurer l’accès au marché. Ces initiatives incluent le développement d’un guide de bonnes pratiques pour les avocats ‒ le guide a été validé lors d’un atelier le 17 mai 2022. L’élaboration du guide de bonnes pratiques pour les haricots et les pois est presque au stade final en vue d’être présenté au secteur. Le guide de bonnes pratiques qui a été élaboré pour le secteur des haricots et des pois est basé non seulement sur les recommandations habituelles de bonnes pratiques d’hygiène, mais aussi sur une approche d’analyse systématique de type Hazard Analysis and Critical Control Point (HACCP) ‒ analyse des différentes étapes de la production, identification des dangers et évaluation du niveau de risque ‒ qui a été appliquée, tant aux risques sanitaires que phytosanitaires, au sein du secteur. Les objectifs de ce guide sont les suivants.

    • Faciliter la conformité des pratiques et des produits : aider les professionnels du secteur des haricots et des pois à contrôler la qualité commerciale, ainsi que la sécurité sanitaire et phytosanitaire des produits afin qu’ils répondent aux exigences du marché de destination ‒ national, régional ou d’exportation.
    • Faciliter la reconnaissance du respect des normes et des prescriptions réglementaires par les professionnels : obtenir la reconnaissance de la capacité des opérateurs du secteur par les autorités compétentes locales et celles du marché de destination, concernant :
        • la démonstration de leur capacité à maîtriser efficacement les risques SPS ;
        • l’obtention d’un « profil de risque » plus favorable pouvant réduire la charge du contrôle officiel ;
        • la facilitation des inspections sanitaires et phytosanitaires par la communication de leur « Plan de contrôle intégré » indiquant les points de contrôle critiques (CCP) dans les processus et les mesures de contrôle mises en œuvre ;
        • l’obtention plus facile de la certification de leur Système de gestion de la qualité sanitaire et phytosanitaire (SPSQMS) ainsi que la certification à l’exportation de leurs produits ‒ délivrance de certificats phytosanitaires.
    • Faciliter le dialogue et l’échange de pratiques dans le secteur : établir un dialogue ouvert et permanent entre les acteurs du secteur privé et du secteur public afin de s’accorder sur les méthodes de contrôle ainsi que sur les contrôles internes qui devront être mis en place au sein des entreprises, de la parcelle de terrain à l’expédition du produit fini. Le groupe de travail technique et le comité de pilotage sont composés d’acteurs de l’industrie issus des secteurs public et privé, et il est donc prévu qu’ils initient et gèrent ce dialogue.
    • Être un outil pédagogique : le guide de bonnes pratiques a été rédigé pour être un outil pragmatique, facilitant la compréhension des objectifs, du contenu et des méthodes (par exemple, HACCP) par les professionnels. Un manuel d’utilisation explique comment mettre en œuvre les recommandations du guide de bonnes pratiques, de manière progressive, afin d’être facilement compris par les responsables de la filière haricots et pois, et d’être utilisé par les chefs d’entreprise, les responsables de stations de production ou de conditionnement, les responsables de la qualité et de la traçabilité ou les inspecteurs chargés des contrôles officiels de la filière.

L’établissement du profil de risque est une activité impérative pour les organismes de réglementation ‒ le Service d’inspection phytosanitaire du Kenya (KEPHIS) et la Direction des cultures horticoles (HCD) ; les résultats du profilage qui a déjà été effectué seront utilisés pour établir les normes de gestion des différents exportateurs ou consolidateurs. Le HCD a travaillé avec le COLEACP pour définir les objectifs du profil de risque et établir l’outil de profil de risque à utiliser par les exportateurs ; une équipe chargée du profil de risque a déjà été constituée. Il est à noter que les acteurs de l’industrie horticole ont accepté de développer un registre national des risques pour les exportateurs de haricots et de pois à écosser, qui améliorera la surveillance, l’inspection et les tests effectués par la HCD et le KEPHIS, en particulier parmi les entreprises à haut risque, améliorant ainsi l’efficacité des deux régulateurs. L’analyse des risques doit donc adapter un cadre internationalement reconnu, qui fournit aux autorités nationales de sécurité alimentaire une approche systématique et disciplinée pour prendre des décisions en matière de sécurité alimentaire fondées sur les risques et les preuves. L’analyse des risques se compose de trois éléments interactifs : l’évaluation des risques, la gestion des risques et la communication des risques. Toutes ces composantes sont importantes pour estimer le risque pour la santé et la sécurité humaines. Une évaluation des profils de risque disponibles et utilisés au Kenya pour les fleurs et les légumes fins a été réalisée. Des outils de profil de risque ont été développés et validés. Les paramètres du registre des profils de risque comprennent l’assurance qualité, la capacité technique, la capacité institutionnelle, la traçabilité, la gestion des pesticides, les mesures de contrôle de la qualité, la sensibilisation à l’environnement, les mesures d’hygiène, le suivi et l’évaluation, le bien-être des travailleurs et l’accréditation du nouvel exportateur aux normes reconnues. Ces paramètres sont évalués en fonction des points de contrôle, des critères de conformité, du niveau de risque, des détails du risque, de la probabilité d’occurrence, des conséquences du risque, de l’évaluation du risque et des mesures d’atténuation.

La réunion consultative de l’industrie pour les exportateurs de haricots et de pois au Kenya s’est tenue pour examiner et faire le point sur le statut des exportations de légumes, et discuter des nouveaux développements et des recommandations pour assurer la sécurité alimentaire (légumes) de la production à la consommation. Ces mesures permettront d’améliorer le marché kenyan des légumes, tant au niveau mondial que local, afin de garantir de meilleurs prix et la sécurité alimentaire à tous les consommateurs.

Cette activité est mise en œuvre par le COLEACP et soutenue par le programme NExT Kenya (New Export Trade), établi en collaboration avec la délégation de l’UE à Nairobi et les parties prenantes kenyanes.



Translate »