NEWS

Impacts de la Covid-19 sur les PME horticoles au Burkina Faso

Les enquêtes du COLEACP dans les premiers mois de la pandémie visaient à recueillir des informations de première main sur l’impact de Covid-19 sur les exploitants d’entreprises horticoles, et à évaluer comment le soutien du COLEACP et d’autres partenaires pourrait être réorienté au mieux en tant que réponse. Il ne s’agissait pas d’enquêtes systématiques – les répondants s’auto-sélectionnaient, et les exploitants qui y participaient variaient grandement en taille et en fonctionnement. Mais les résultats fournissent un aperçu qualitatif éclairant des principaux impacts de Covid-19 à ce jour, et ont été utilisés pour informer les priorités du COLEACP et des organisations partenaires pour l’avenir.

Points clés :

· Les principaux impacts se sont fait sentir au niveau de l’offre (diminution des produits achetés aux producteurs). Les autres impacts concernent le volume commercialisé (moins de commandes), la logistique (coûts du fret), la main-d’œuvre (éloignement social) et le prix.

· Une entreprise a fait état d’une perte de chiffre d’affaires de plus de 80 %.

· 83% des entreprises ont dû prendre des mesures concernant le personnel permanent, mais aucune n’a dû licencier. Quatre entreprises ont dû réduire d’environ 25 % le nombre de travailleurs saisonniers embauchés.

· Seules trois des six entreprises avaient demandé une aide gouvernementale, et une seule d’entre elles avait reçu une aide.

· Alors que toutes les entreprises appliquaient pleinement les mesures de sécurité du Covid-19 sur la station , seules deux d’entre elles appliquaient des mesures de sécurité avec les sous-traitants au moment de la récolte.

Les réponses à l’enquête ont été recueillies entre le 26 juin et le 22 juillet 2020. Les six entreprises qui ont répondu à l’enquête étaient des membres et partenaires du COLEACP, et des membres de l’Association des producteurs de mangues du Burkina Faso (APROMAB). La plupart des répondants opèrent simultanément dans plusieurs chaînes de valeur : principalement la mangue fraîche (les six entreprises), suivie par la mangue séchée.

Quatre des six entreprises commercialisent leurs produits sur le marché européen, les autres sur d’autres marchés internationaux et locaux.

Quatre mois après le début de la crise, l’impact sur le chiffre d’affaires était différent pour chaque entreprise. Quatre entreprises ont subi une perte dechiffre d’affaires, autre avu son chiffre d’affaires augmenter et une autre n’a subi aucun impact.

Évolution du chiffre d’affaires

L’impact sur les commandes a été relativement faible. Cinq entreprises ont répondu à cette question: deux ont vu leurs commandes diminuer, mais trois n’ont pas constaté d’effet sur les commandes.

Impact sur les commandes

Deux entreprises ont déclaré qu’elles recevaient des prix inférieurs à ceux de la même période en 2019, mais les quatre autres ont déclaré que les prix étaient restés sensiblement les mêmes.

Cinq des six entreprises tentent encore d’identifier de nouveaux marchés potentiels pour leurs produits. Aucun des répondants n’a accès à une plate-forme en ligne pour vendre ses produits.

50 % des entreprises n’avaient pas connaissance des aides gouvernementales destinées à soutenir le secteur (annulation des frais d’électricité et d’eau des ménages/pénalités pour retard de paiement ; un laissez-passer pour faciliter les déplacements des moissonneurs). Trois entreprises avaient demandé cette aide, et une seule avait reçu une aide.

De nombreuses entreprises horticoles emploient des travailleurs occasionnels dans les exploitations agricoles et dans les centres de conditionnement -des salariés journaliers qui ne sont employés que lorsqu’il y aune activité de récolte et de conditionnement. Ils sont souvent les plus faibles dans la chaîne de valeur et les premiers à ressentir les effets du ralentissement économique. Quatre d’entre elles ont dû réduire le nombre de travailleurs saisonniers, recrutant environ 25 % de moins que pour la saison 2019. Une entreprise a dû louer des locaux supplémentaires pour se conformer aux mesures de distanciation sociale.

Aucune des entreprises ayant répondu n’ a été contrainte de licencier du personnel permanent, mais une entreprise a dû réduire les salaires. Cinq des six entreprises ont dû prendre des mesures au cours du premier semestre 2020: trois ont cessé de recruter de nouveaux employés, et deux ont mis en place des mesures de distanciation sociale.

L’impact sur l’approvisionnement en provenance des producteurs extérieurs a été important. Sur les cinq entreprises qui font appel à des fournisseurs externes, trois ont constaté que les producteurs avaient des difficultés à fournir les volumes initialement prévus en raison de problèmes logistiques. Deux sociétés avaient diminué le volume de produits achetés auprès de fournisseurs externes en raison de la réduction des commandes.

Les six entreprises appliquaient toutes des mesures de confinement des virus sur la station, comme le recommande l’Organisation mondiale de la santé (OMS): lavage des mains, maintien de la distance sociale, accueil des personnes en toute sécurité, etc. Aucune entreprise n’a déclaré ne pas avoir connaissance des recommandations de l’OMS. Mais seules deux des six entreprises appliquaient les mesures de sécurité du Covid-19 à la récolte, qui est effectuée par des sous-traitants.

Parmi les mesures supplémentaires , citons les masques faciaux, les relevés quotidiens de température avant le début des travaux, la distribution de gel hydroalcoolique et la location de locaux supplémentaires pour se conformer aux mesures d’éloignement social. La seule difficulté mentionnée est le manque de moyens financiers pour mettre en œuvre certaines mesures de sécurité.

Le financement est un goulet d’étranglement majeur pour les opérations de nombreuses entreprises en raison de l’augmentation des coûts de logistique, de mesures de sécurité, de vêtements de protection, etc. Lorsqu’on leur a demandé de sélectionner les sujets sur lesquels elles souhaiteraient obtenir plus d’informations et de soutien, les entreprises ont suggéré:

· soutien à l’accès au marché (recherche de nouveaux clients/marchés)

· le soutien à l’accès au financement

· plaidoyer auprès des importateurs pour un soutien accru aux exportateurs

· plaidoyer auprès des ministères pour un meilleur soutien

· la formation du personnel et les documents d’information sur le Covid-19

· faciliter l’échange d’informations et la sensibilisation sur le Covid-19

Téléchargez l’intégralité des résultats de l’enquête sur les impacts de la Covid-19 sur les PME horticoles au Burkina Faso COVID19 – ENQUׂETE BURKINA FASO.



Translate »