NEWS

Revue de presse : marchés et production agroalimentaires

MARCHÉS : AFRIQUE

Le Kenya et le Royaume-Uni signent un accord commercial

Le Kenya et le Royaume-Uni ont formellement signé un accord commercial mettant fin à une ère de commerce par le biais de protocoles de l’Union européenne, dont Londres sortira à la fin du mois de décembre (FPC Fresh Talk Daily, 9 décembre). L’accord prévoit l’accès du Kenya au marché britannique en franchise de droits et de contingents pour certains produits, qui comprennent actuellement le café, le thé, les légumes frais et les fleurs coupées. L’accord a également simplifié les règles d’origine, permettant au Kenya d’exporter plus facilement vers le Royaume-Uni des produits transformés dont les matières premières proviennent d’autres pays en développement, pour autant qu’il soit prouvé que ces produits ont été transformésau Kenya.

Kenya : partenariat pour renforcer l’assurance agricole

ZEP-RE, le premier réassureur africain, va acquérir une participation majoritaire de 56% dans ACRE Africa (Agriculture and Climate Risk Enterprise Ltd), une société d’impact social soutenue par la Fondation Grameen Crédit Agricole depuis 2014 (La Veille Agricole, 11 décembre). Cet accord ouvre la voie à l’expansion de l’assurance agricole pour les petits exploitants agricoles en Afrique, car il renforcera la vaste gamme de produits et de plateformes technologiques d’ACRE Africa pour l’agriculture et la micro-assurance.

Kenya : distribution de pompes d’irrigation solaires

Fondée en 2013, la start-up kenyane SunCulture, qui fournit des pompes à eau solaires pour l’irrigation, vient de terminer une mobilisation financière qui a permis de récolter 14 millions de dollars (La Veille Agricole, 11 décembre). Les fonds ont été levés auprès de quatre investisseurs : Energy Access Ventures (EAV), Electricité de France (EDF), Acumen Capital Partners (ACP), et Dream Project Incubators (DPI). Le prix d’achat de cette pompe à eau se situe entre 500 et 1 000 dollars US. SunCulture souhaite distribuer ses pompes à eau solaires en Côte d’Ivoire, en Éthiopie, au Sénégal, au Togo, en Ouganda et en Zambie.

Rwanda : Centre d’excellence africain sur le refroidissement durable et la chaîne du froid

Les autorités rwandaises ont lancé le Centre d’excellence africain pour le refroidissement et la chaîne du froid durables (ACES), qui sera accueilli par l’Université du Rwanda (La Veille Agricole, 11 décembre) en collaboration avec l’Université de Birmingham (Royaume-Uni) et le projet « United for Efficiency » (U4E) du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). En collaboration avec des partenaires commerciaux, le centre visera à développer et à promouvoir des systèmes de refroidissement et des chaînes de froid abordables et à très faible teneur en carbone, adaptés aux besoins sociaux et économiques de l’Afrique, en particulier dans le secteur agricole et agroalimentaire.

Statistiques sur le commerce africain

Selon le dernier rapport de l’Union africaine (UA) sur le commerce extérieur de l’Afrique, le continent ne représente que 2,7 % (1 031 milliards de dollars) du commerce mondial (La Veille Agricole, 27 novembre). Entre 2013 et 2019, le ratio des exportations de biens par rapport aux importations de biens est passé de 98,5 % en 2013 à 83,1 % en 2019. Si le renforcement du commerce intra-africain reste une priorité pour l’UA, sa part reste très faible, avec une moyenne de 13 % des importations et de 20 % des exportations totales sur la période. Le commerce avec le reste du monde représente 75 % du commerce total (495 milliards de dollars US de biens importés pour 372 milliards de dollars US d’exportations). Avec 16 % des exportations et 19 % des importations en 2019, la Chine reste de loin le principal partenaire commercial de l’Afrique.

Le Burkina Faso peut exporter des produits vers la Chine en franchise de droits

En vertu d’un accord commercial entre le Burkina Faso et la Chine, les produits burkinabés peuvent désormais entrer en Chine en franchise de droits de douane grâce à la délivrance d’un certificat d’origine (Commodafrica, 18 novembre). Ainsi, 97 % des produits burkinabés exportés vers la Chine seront exonérés de droits de douane. Les noix de cajou et les autres noix occupent la troisième place, et les graines de sésame la cinquième, en termes d’exportations. L’Europe reste la première destination des exportations du Burkina Faso, suivie par l’Asie et les pays africains.

Le Cameroun : Indications géographiques protégées

Le ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (MINMIDT) a sélectionné quatre produits, dont trois produits agricoles, pour obtenir une Indication géographique protégée (IGP) en 2021 (Invest in Cameroon, 10 décembre 2020). Il s’agit du cacao rouge, de la mangue verte de l’Est (Ndôô), appréciée pour sa saveur particulière, et de l’ananas Bafia. Ces produits font suite à l’attribution IGP du miel blanc d’Oku et du poivre Penja déjà labellisés.

Côte d’Ivoire : « She Trades West Africa »

En partenariat avec la Chambre de commerce internationale, la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire a lancé le projet « She Trades West Africa » à la mi-novembre (Commodafrica, 27 novembre). Il vise à renforcer 24 PME et coopératives dirigées par des femmes ivoiriennes travaillant dans les secteurs de la noix de cajou, du karité et du manioc.

Coopération Libéria-Maroc

En novembre, le Liberia et le Maroc ont signé trois accords bilatéraux pour renforcer leur coopération en matière d’éducation et de recherche scientifiques, de santé et d’agriculture (Commodafrica, 9 novembre). Dans le secteur de l’agriculture, l’accord établit un cadre quinquennal avec des échanges d’expérience, une coopération technique et un renforcement des capacités, notamment en matière de mécanisation agricole, de santé animale, de développement des compétences entrepreneuriales pour les MPME et de fertilité des sols.

Madagascar : lancement de la campagne litchi

Dans la semaine du 30 novembre au 4 décembre, les litchis de Madagascar sont arrivés en France par bateau, transportés par le Baltic Klipper (Fresh Plaza, 9 décembre). Le prix sur le marché français est d’environ 3,10-3,20 euros par kg, mais il devrait augmenter rapidement.

La Namibie exporte du raisin vers l’Europe

La saison d’exportation du raisin de table namibien a débuté à la mi-novembre avec les premières expéditions de conteneurs vers l’Europe via le port du Cap (Eurofruit, 23 novembre). L’industrie namibienne est optimiste et s’attend à atteindre son objectif d’environ 7,5 millions de cartons cette saison. Au cours des dernières années, les volumes d’exportation ont été stables à environ 6,5 millions de cartons, avec une prévision de 10 millions de cartons d’ici 2020.

La Zambie exporte des myrtilles fraîches vers la Chine

Le président zambien a présidé une cérémonie de lancement de l’exportation de myrtilles fraîches de Zambie vers la Chine (Eurofruit, 13 novembre). La Zambie est le dernier pays à avoir obtenu l’accès à la Chine pour les myrtilles, marquant l’aboutissement d’un processus de 3 ans après la première demande d’accès en 2017. L’Afrique australe représente actuellement 6 % de la superficie mondiale plantée en myrtilles.

MARCHÉS : UE

Espagne : ouverture d’un marché de gros en produits biologiques

Mercabarna (Marché de gros de Barcelone) a annoncé l’ouverture de Biomarket, le premier marché de gros européen exclusivement consacré aux fruits et légumes biologiques, et le premier marché de gros d’aliments biologiques en Espagne (Eurofruit, 23 novembre). Le hall de 8 900 m2 a été construit pour répondre à la demande croissante des consommateurs de produits biologiques en Catalogne. Il abrite 21 points de vente (16 pour les entreprises de gros, deux pour les coopératives agricoles et trois pour les grossistes multiproduits), ainsi qu’un espace dédié aux petits agriculteurs.

Royaume-Uni : l’UE reconnaît le secteur biologique britannique

L’Union européenne reconnaîtra les produits biologiques britanniques après la fin de la période de transition liée au Brexit (Fresh Produce Journal, 4 décembre). Cela signifie que les six organismes britanniques de certification des produits biologiques continueront d’être reconnus pour une période supplémentaire de 12 mois jusqu’à la fin de 2021. Le Royaume-Uni est le neuvième plus grand marché de produits biologiques au monde. Ses ventes de produits biologiques vers l’UE s’élèvent à 225 millions de livres sterling chaque année. Toutefois, dans le cadre des négociations post-Brexit, aucun accord n’a encore été conclu sur la reconnaissance mutuelle à long terme des normes biologiques de l’UE et du Royaume-Uni.

Royaume-Uni : un tiers des fruits et légumes sont importés depuis des pays vulnérables au dérèglement climatique

Selon une nouvelle étude de la London School of Hygiene and Tropical Medicine (9 novembre), publiée dans la revue Nature Food, au Royaume-Uni, la contribution nationale à l’offre totale de fruits et légumes est passée de 42 % à 22 % entre 1987 et 2013. Au cours de la même période, les importations de fruits et légumes en provenance de pays vulnérables au dérèglement climatique ont augmenté de 20 à 32 %. L’éventail des fruits et légumes importés au Royaume-Uni s’est élargi, les fruits tropicaux devenant plus populaires.

France : charte du secteur de la grande distribution pour la promotion des produits frais et locaux

Le ministère de l’agriculture et de l’alimentation et le ministère de l’économie, des finances et de la relance économique ont lancé une charte d’engagement pour promouvoir les produits frais agricoles et locaux dans les supermarchés (Médiafel, 16 novembre). L’objectif est de favoriser l’accès du plus grand nombre à une alimentation saine, sûre, durable et locale, en complément des autres circuits de distribution. Les grandes chaînes de distribution, qui représentent 70 % des achats alimentaires, ont signé la charte.

Royaume-Uni : deux épiciers sur cinq voient le volume de leurs ventes diminuer

Plus de 40 % des magasins d’alimentation britanniques ont vu leur volume de ventes baisser et les points de vente du centre-ville ont perdu des parts de marché au profit de leurs concurrents des périphéries (Fresh Produce Journal, 1er décembre). Une étude de Nielsen indique que la croissance globale des ventes de biens de consommation courante (FMCG) est actuellement d’environ 8 % en moyenne depuis le début de l’année au Royaume-Uni. En 2019, 20 % des points de vente au détail britanniques représentaient 80 % des ventes de biens de consommation courante ; en 2020, ce chiffre est tombé à 19 %, la demande se déplaçant vers d’autres lieux de consommation. Les restrictions imposées par la directive COVID-19 ont entraîné des pertes dans les zones à forte densité des centres-villes et des gains pour les magasins des zones résidentielles.

MARCHÉS : GLOBAL

Le marché européen de la patate douce

Le marché européen est actuellement suffisamment approvisionné en patates douces, avec l’offre européenne et celles de de fournisseurs tels que l’Égypte et le sud-ouest des États-Unis (Fresh Plaza, 4 décembre). De nombreux pays européens disposent d’une récolte modeste et, dans des pays comme l’Allemagne, la superficie intérieure est en expansion. Malgré la perte de la demande du secteur de la restauration, les détaillants absorbent de bons volumes. Le prix a augmenté presque partout.. A noter un nouveau paramètre d’accès au marché de l’UE qui pourrait modifier les flux d’importations :: l’UE a imposé des droits d’importation sur les patates douces en provenance des États-Unis, entre autres produits. Les prélèvements sont ainsi passés de 3 % à 28 %.

PRODUCTION : AFRIQUE

Le Niger lance son projet de village intelligent

Début décembre, l’Agence nationale pour la société de l’information (ANSI) du Niger a lancé le projet « Villages intelligents pour la croissance rurale et l’inclusion numérique » (Commodafrica, 9 décembre). Doté d’un budget de 58 milliards de FCFA (88,3 millions d’euros), ce projet de 6 ans vise à connecter 2 111 villages ruraux à la téléphonie mobile et aux services internet à large bande passante.

Nigeria : 2 milliards de dollars pour les petits exploitants agricoles

Le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique de l’Union africaine (AUDA-NEPAD) a annoncé le financement d’un projet de 2 milliards de dollars visant à donner des moyens d’action aux petits exploitants agricoles et à renforcer la production alimentaire, la consommation locale et les exportations (Commodafrica, 11 décembre). Le projet est mis en œuvre en partenariat avec les gouvernements des États, la Banque centrale du Nigeria et le ministère fédéral de l’agriculture. Sur les 36 États du Nigéria, 22 ont été sélectionnés comme États pilotes.

Sénégal : le budget agricole de 2021 en hausse de 12,4 %.

Pour 2021, le budget du ministère de l’agriculture et de l’équipement rural (MAER) augmentera de 12,41 % à 170,915 milliards de FCFA (269,6 millions d’euros) par rapport à 2020 (Commodafrica, 12 novembre). Cependant, comme il s’agit de 4,3 % du budget global, l’objectif de 10 % de la déclaration de Maputo n’a pas été atteint.

Les Agropôles du Plan Sénégal Emergence

Les Agropoles du Nord, du Centre et du Sud sont les projets phares du Plan Sénégal Emergence (Commodafrica, 18 novembre). L’Agropôle central, qui regroupe les régions de Diourbel, Kaolack, Fatick et Kaffrine, devrait devenir une réalité en avril 2021, grâce au soutien de la Coopération belge (Enabel). Les trois secteurs prioritaires retenus sont l’arachide, les céréales et le sel. Agropole Sud sera opérationnel avant la fin de l’année 2022 ; et pour Agropole Nord, la mise en service est prévue avant la fin de l’année 2024.



Translate »